émotive anonyme
/ message archive personal  theme

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !

Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige,
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige.

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige…
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !

— Charles Baudelaire, “Harmonie du soir” dans Les Fleurs du Mal

zamaaanawal:

Gaza, Palestine, 1943

“I have found that if you love life, life will love you back.”

— Arthur Rubenstein (via ohteenscanrelate)

(via iamnotover)

shesinacoma:

Mariam Sitchinava

unesaisonenenfer:

“Viens-tu du ciel profond ou sors-tu de l’abîme, Ô beauté ? Ton regard, infernal et divin, Verse confusément le bienfait et le crime, Et l’on peut pour cela te comparer au vin.”

Hymne à la beauté; Charles Baudelaire (via envertudelamour)

breadandolives:

Limoncello Gin Cocktail
|Source|

floranymph:

“His mind was a library and I wanted to read all the books”

(Source: eauyouth)

capitaledemadouleur:

Gustave Klimt, Mère à l’enfant (détail des Trois Ages de la Femme) 1905